Le Sacré de Birmanie en Europe nordique

Les pays d'Europe nordique, et plus particulièrement la Suède, sont en quelques décennies devenus  plutôt attractifs pour les éleveurs de Sacré de Birmanie. En effet, alors que le Royaume-Uni a d'abord tenu la dragée haute à certains voisins en termes d'export de lignées, les éleveurs européens sont désormais beaucoup plus friands de Birmans nordiques que de leurs cousins britanniques. Et pourtant, puisque les Birmans britanniques des années 60-70 - eux-mêmes issus des chats français de l'après-guerre - constituent la souche de nombre de lignées exportées dans le monde entier, leurs origines se  rejoignent évidemment. Là où, à échelle internationale, nos fonds de pedigrees des années 60-70 comptent une part notable de chats britanniques, on observe en revanche une plus forte récurrence de chats nordiques depuis les années 80, conjointement à une importante baisse de l'influence génétique directe du "stock" britannique - celui-là même qui donnera cependant au bassin génétique nordique ses fondations. Il est donc particulièrement intéressant d'étudier le contexte dans lequel les lignées nordiques se sont développées.

Parmi ces fondations, on compte plus particulièrement les élevages britanniques Praha, Salwana, Patrioona, Cragland, Attimore et Smokeyhill.

Cette attractivité s'explique par une certaine différenciation en termes de type : là où les chats britanniques ont tendance à être considérés comme étant restés plus fins et moins typés, les Sacrés de Birmanie suédois, finlandais, norvégiens et danois ont attiré et attirent nombre d'éleveurs intéressés par une fourrure plus opulente, une tête plus large et plus ronde. Un certain nombre de "grands noms" du Sacré de Birmanie nous viennent de ces pays, dont Backkara's, Stoneridge et RausHojden en Suède, Kiru's, Sokjaer et Song Hio au Danemark,  Chiritan en Finlande et Apelia's en Norvège.

I. En Suède

La Suède semble se démarquer des autres pays nordiques tant en ce qui concerne le nombre de naissances locales  que la popularité auprès des éleveurs étrangers et est donc théoriquement plus influente d'un point de vue génétique. Selon le SVERAK, homologue suédois du LOOF, le Sacré de Birmanie est la deuxième race la plus populaire en Suède. Les facilités d'échange entre les quatre pays nordiques impliquent en revanche une histoire commune entre leurs lignées respectives.

 

En mai 1947, un "Sacré de Birmanie expérimental" nommé Djanim de Bagarstorps fait une petite apparition lors d'une exposition féline à Stockholm. Il s'agissait peut-être d'un chat initialement issu d'un programme d'élevage pour l'Himalayen.

En 1968, un premier Sacré de Birmanie est officiellement enregistré en Suède : Riquie de Ranchipur, une femelle seal point restée sans descendance, importée de France par Pauline Bonning, une juge éleveuse de Persans qui avait été charmée par des Birmans pendant un déplacement en France. Riquie est morte très jeune. 

En juin 1969, Jan Hogberg fait naître la première portée suédoise de Sacrés de Birmanie, sous l'affixe "af Silverbäcken". Son mâle Praha Singh était lui-même directement issus des premiers Birmans britanniques, tandis que Gentiana's Mouche, sa première femelle, venait des Pays-Bas, issue des lignées d'outcross françaises de Crespières. Singh fut le premier Birman à recevoir le titre de "meilleur chat à poil long" sur le sol suédois. 

Naemi Andersson (av Drotten) et Lisa Pålson (Solstaden) furent elles aussi rapidement intéressées par le Birman. Lisa Pâlson importa Smokeyhill Mai Ling, pour laquelle elle obtint une saillie du célèbre mâle allemand Krischnan von Assindia en 1969.  De son côté, Pauline Bonning eu droit à une expérience plus heureuse avec la race en ayant elle-même plusieurs portées sous l'affixe Chinospin dès 1970. Dans les années suivantes, les imports continuent avec notamment des chats d'Angleterre, d'Allemagne, de France, de Hollande et des USA. 

1976 voit la création de the Midnight Sun Society, principal club Birman local. À ce moment, il est encore assez difficile de trouver des Sacrés de Birmanie, la demande étant alors plus forte que l'offre. En 1979, une importante exposition se tenant à Stockholm réunit une trentaine de Sacrés de Birmanie.

Sinh Tali af Silverbäcken, femelle seal point née en 1975

Parmi les premiers élevages les plus célèbres créés dans les années 70, on compte également Shenandohas (Lena Nordstrom), Hasseliden's, Cheapthrills, Juveniles. Il faudra attendre le début des années 80 pour la création des chatteries Anghagens et Trollehojds, puis 1987 pour Backkara's.  RausHojden suit en 1991.

Cheapthrills Blue Elaine, femelle blue point née en 1979

À la même époque, la série red ainsi que le chocolat et le lilac se développent en Suède grâce à l'arrivée des lignées Hilken et Shwechinthe. En 1986, la chatterie Trollehöjds marie Hilken Cream Debutante (red tabby) à Trollehöjds Herkules, son célèbre étalon seal qui a laissé une descendance nombreuse, et que l'on retrouve dans nos fonds de pedigree. La même année, Rocheros Amour, une chocolat point anglaise, produit chez elle une première portée.

 

La fourrure gagne en densité, les oreilles s'abaissent et la tête s'arrondit progressivement.

La diffusion des lignées suédoises à l'étranger s'accélère au cours des années 90 grâce au développement croissant des élevages créés à la fin des années 80, qui se montrent actifs. En Finlande, et surtout en Norvège, le Sacré de Birmanie se développera un peu plus lentement.
Certains chats issus de lignées suédoises exercent aujourd'hui une importante influence génétique : Plumerias Pomakai, Trollehöjd's Herkules, White Treasure's Easy To Love, Backkara's Globetrotter... Et d'autres. Mais nous en parlerons plus en détails dans un article ciblé.

 

Paloma C.

Toute reproduction interdite

Chapitres suivants :
-> Au Danemark
-> En Finlande
-> En Norvège (à venir) 

 

Trollehöjd's Bailey,  mâle seal point né en 1986

 

 

 

 

Header base photo by tessa.lv

En mémoire d'Albafeles Xrysos et Elsibelle du Dragon de Jade

 

  • Facebook Social Icon