Le Sacré de Birmanie en Europe nordique

III. En Finlande

Là encore, des éleveurs de Persans colorpoint eurent la primeur des Sacrés de Birmanie dans le pays. Nous sommes en 1970 lorsque Kerttu Kansanen, chatterie Charmkiss, importe un mâle blue point suédois du nom de Chinospin's Minh Thor, qu'elle accouplera à Beatrice-san av Drotten, elle aussi une blue point venue de Suède. Sans surprise, c'est donc d'abord par la Suède qu'ont transité certaines lignées avant de se développer dans l'ensemble de l'Europe nordique.

La première portée de Sacrés de Birmanie finlandais naît ainsi de ce couple en décembre 1971. Aucun des deux chatons, Charmkiss Ching-A-La et Ching-A-Li, ne sont censés avoir reproduit, pas plus que la portée suivante du même couple en 1972, constituée de trois mâles. La même année, Sinh Leonora af Silverbäcken, une femelle seal point, est importée de Suède - là encore, sans descendance.

Chinopsin's Minh Thor & Beatrice-san av Drotten

Kerttu Kansanen ne resta  que peu de temps dans la communauté des éleveurs de Sacrés de Birmanie puisqu'elle cessa alors son activité d'élevage. Minh Thor mourut en 1976, tandis que Beatrice-san retourna en Suède en tant que reproductrice. Sa lignée directe eut cependant une dernière chance de perdurer en Finlande avec l'arrivée d'une de ses filles en 1975, Vinterny Mi-San, en compagnie d'Izmir-san av Drotten, un mâle seal point avec lequel elle aura au moins une portée de trois chatons sous l'affixe Birming. Leur fille Birming Cecilia rejoignit la chatterie Feon's de Christina et Maud Feodoroff. Et pourtant, encore une fois, la descendance est, en théorie, très limitée, puisqu'en 1977 Cecilia devint la première Birmane finlandaise à reproduire, donnant naissance à un total de 5 chatons sur deux portées, sans pour autant avoir de petits-enfants par la suite. Beatrice-san était, il faut le noter,  était issue de l'une des principales lignées alors trouvables en Suède, et les échanges entre les deux pays durant les années suivantes, certains chats issus des mêmes souches d'import eurent l'occasion d'avoir une descendance plus nombreuse en Finlande.

Reste qu'entre-temps, les années 1970 ne furent qu'une décennie blanche pour le développement du Sacré en Birmanie en Finlande du fait du retrait précoce des premiers chats natifs du circuit de reproduction.  On sait qu'au moins un fils de Birming Cecilia, Feon Ca Hsiao-Ch'ou, fut tout de même présenté en exposition et aurait été le premier Sacré de Birmanie à obtenir un Best in Show dans le pays, en 1978. En dépit de ces années de battement pour ce qui est de la reproduction, la race avait la possibilité de continuer à se faire connaître localement grâce aux expositions.

En 1980, le nombre total de Sacrés de Birmanie enregistrés en Finlande depuis 1970 plafonnait à 26 individus. Cette décennie, en particulier sa seconde moitié, se montra bien plus prolifique, puisqu'en 1990 ce même chiffre était de 376 ! En tout, 24 éleveurs sont venus grossis les rangs de la communauté des éleveurs au cours des années 80. Ces nouveaux éleveurs comprennent notamment quelques noms connus comme Neige-Cristal's et Bon-Bon en 1984, Jo-Jon en 1986, Bijou's en 87. Le Birman passa progressivement du statut de race rare à celui de race populaire, toutes proportions gardées pour un pays qui ne pratique probablement pas autant l'élevage félin que la France.

Il faut dire que la création en 1981 du premier et principal club de race a permis aux éleveurs de se rassembler pour promouvoir la race. Un héritier de ce club - suite à une "réforme" en 1991 aboutissant à la formation d'une entité plus indépendante du livre d'origines national - existe encore et porte actuellement le nom de Pyhä Birma Ry, avec environ 650 membres à son actif.

Pirjo Ollinen, affixe Birlinca, fit naître sa première portée en 1981, issue de deux nouveaux venus suédois : Darmagne's Pascal et Kungsbacken's Beatrice. 1983 vit arriver Birlinca's Exotic Flower - la première femelle du pays à avoir une descendance pérenne ! Au milieu des années 90, l'élevage en question était encore actif.

1988 apporta son lot de complications : avec le durcissement de la législation en matière des précautions antirabiques, les échanges avec la Suède se firent plus compliqués. Une source facile d'accès venait de - partiellement - se tarir. Le premier chocolat point, Vinsbobäckens Son-of-Kaban, put arriver de Suède la même année.

C'est notamment vers l'Angleterre, l'Allemagne et les Pays-Bas que se tourna la Finlande après cela. Santella van Moustache, une nééerlandaise, et Mandessa Lilac Tyne, une anglaise, sont les premières lilac importées, en 1989. 

Ceci étant, certains éleveurs parvinrent à importer quelques autres suédois - et cette complication n'empêcha pas la race de continuer à se développer. Le premier tabby, un mâle blue nommé Södra Skogen's Casanova et issu des lignées Julipaul, chemina de la Suède jusqu'en Finlande en 1989, conjointement avec la première tortie,  Sarais Quinta Rubra Flava, descendante du programme d'introduction d'Hilken.  Ces nouvelles variantes ont notamment proliféré par le biais d'élevages comme Jo-Jon, Fein-Chin's, Mira's, Skogsliljans et Windermere.

Le nombre d'éleveurs ayant débuté dans les années 1990 est plutôt parlant : plus de 120 chatteries ont été créées, dont , Chiritan, Harebell et Jalinka's. Le 21e siècle confirme la tendance avec un total de naissances par an oscillant entre 250 et 400 et d'autres recrues, la plus notable étant la chatterie Zhamanen. Pawpeds regroupe plus de 7000 Birmans nés en Finlande entre 1970 et 2018.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Opalinan's Belagia, femelle seal point (1992) - Chatterie Belagian

 

Le nombre d'imports pour une année n'a, malgré tout, jamais dépassé 21 chats, un chiffre atteint en 1998, quand bien même le nombre de naissances continuait à augmenter. Outre les pays précédemment cités, une poignée de Birmans danois, français, italiens, américains ou encore australiens rejoignirent la Finlande. 8 imports ont été enregistrés en 2013. Quant aux exports, la Finlande constitue une source importante pour les éleveurs estoniens, mais des chats finlandais sont connus à une échelle plus internationale, comme  Zhamanen Jimi Hendrix (2007) par le biais de son fils White Treasure's Easy To Love en Suède dont la très nombreuse descendance dans le monde n'est plus à prouver.

En France, à un degré moindre, citons par exemple Harebell Tissu Junior, un blue point né en 1999. 

La diversité du bassin génétique finlandais semble fragile, ce que n'a pas manqué de relever le principal club de race local, le Pyhä Birma Ry, dont l'un des objectifs annoncés est d'éduquer la communauté des éleveurs en faveur de programmes d'élevage réfléchis visant à optimiser la diversité génétique. Cet engagement transparaît dans l'intérêt porté par le Pyhä Birma Ry envers les statistiques de la natalité de la race, ainsi que dans sa démarche d'entretien de la base de données Pawpeds, à laquelle il transmet chaque année le pedigree de nombreux chats nés dans le pays. Saluons donc l'action de ce club que je remercie également pour les données statistiques auxquelles il permet d'accéder.

En termes de statistiques, il est à noter que la Suède représentait et représente encore le pays nordique pesant le plus lourd dans la balance, avec toujours une natalité supérieure. Elle est plus populaire auprès des éleveurs étrangers.

 

Paloma C.

Toute reproduction interdite

 

Zhamanen Jimi Hendrix, mâle lilac point (2007) - Chatterie White Treasure's

Header base photo by tessa.lv

En mémoire d'Albafeles Xrysos et Elsibelle du Dragon de Jade

 

  • Facebook Social Icon