Historique du smoke et du silver tabby

Contrairement à l'allèle A+ responsable de la robe agoutie ("tabby"), l'allèle dominant du gène I (pour "Inhibition") provient d'une mutation et ne fait donc pas partie des allèles dits "sauvages" ou originels. Son occurrence au sein des populations félines dont la reproduction n'est pas contrôlée par l'homme est faible, bien que probablement plus élevée que celle de l'allèle b responsable du chocolat. Le silver et le smoke sont d'ailleurs reconnus pour les principales races dites naturelles comme le Norvégien, le Maine Coon et le Sibérien.

Alors que les autres couleurs introduites chez le Sacré de Birmanie trouvent leurs principales sources d'introduction à l'étranger, la France est à l'origine des programmes d'introduction du gène argent les plus prolifiques. Avec des programmes débutés au crépuscule des années 80 puis au cours des année 90, le smoke et le silver comptent parmi les variétés les plus récentes. Certains programmes allemands et néo-zélandais contribuent également au bassin génétique général des lignées argent.

À l'image des programmes d'introduction pour le tabby, les programmes pour l'argent pouvaient s'épargner certaines contraintes rencontrées par les introductions précédentes, comme la transmission liée au sexe du gène Orange  ou la transmission sur le mode récessif du chocolat. Certains programmes pour le tabby et pour l'argent ont également en commun le recours à des Persans silver shaded ou chinchilla, excepté que les programmes pour le tabby ont, évidemment, rapidement évacué le gène argent. Ceci mène cependant à d'occasionnelles spéculations de la part d'éleveurs qui estiment que la présence de chats silver shaded dans les programmes pour le tabby explique la présence de "silver tabby" dans des lignées non apparentés aux élevages crédités de l'introduction du gène argent. Cette théorie n'a cependant pas de fondement concret et seuls les programmes présentés ci-dessous peuvent être considérés comme étant à l'origine du gène argent chez le Sacré de Birmanie. La seule exception concerne la descendance de Las Perlas-sin Blue Flamme, demi-soeur du célèbre Las Perlas-sin Cepetto, seal tabby. Blue Flamme était, en effet, une blue silver tabby identifiée comme blue tabby. La descendance silver qu'elle a laissé est cependant très limitée, et l'influence génétique très conséquente exercée par son demi-frère à l'échelle mondiale fait que cette branche secondaire de la lignée ne présente pas d'intérêt pour le développement du smoke et du silver tabby en termes de diversité génétique.

Le choix de Persans s'explique par la facilité de trouver des chats argents dans cette race ainsi que par la comptabilité facilitée par la longueur du poil et la forme de tête. Il s'agissait ensuite de retrouver le "type Birman", d'améliorer la couleur d'yeux - souvent pâle chez le Persan colorpoint - et de s'éloigner du type morphologique plus cobby de la race introduite. 

Comme le gène argent se transmet sur le mode dominant, un seul parent exprimant le gène suffit à produire des chatons l'exprimant à leur tour. Les mariages entre chats argent sont pourtant monnaie courante afin d'accroître les chances d'obtenir des chatons smoke ou silver et d'améliorer la qualité de couleur. Les mariages avec des chats classiques sont néanmoins eux aussi intéressants, tant pour la diversité génétique des lignées argent que de l'amélioration de leur type, et il est possible de limiter la casse concernant la qualité de couleur si l'on sélectionne des points bien pigmentés et des tabby présentant une quantité de rufus modérée.

 

 

 

Le premier programme démarre en 1988 dans le sud-ouest de la France. Catherine Viltange de la chatterie de Shweli-Sittang élève des Sacrés de Birmanie élève des Sacrés de Birmanie depuis cinq ans au moment de la naissance de Fléole de  Shweli-Sittang, hybride smoke probablement issue d'un Persan chinchilla. Himalaya de Shweli-Sittang, première seal smoke à obtenir le titre de championne d'Europe, est une fille de Fléole et de Chaudron Magique de la Renouée née en 1992.

La lignée perdure encore aujourd'hui et reste bien connue des amateurs de Sacrés de Birmanie argent. Elle est cependant a priori moins présente dans nos pedigrees que les deux programmes suivants.

Sunsoar Snow Buttercup, femelle seal silver tabby point appartenant à Jenny Edwards

Tsarine de Saya San, femelle seal smoke point appartenant à Laurence Lajoinie

Himalaya de Shweli-Sittang, femelle seal smoke point de 2e génération appartenant à Catherine Viltange

En 1990, Geneviève Basquine de la chatterie des Moulins de Busset commence le second programme d'introduction par l'intermédiaire de Fair Play de la Sente aux Églantiers, un Persan black chinchilla porteur de colorpoint, marié à Douchka de Habanera, Birmane seal point porteuse de chocolat et de dilution. Leur fille Gipsy des Moulins de Busset donnera naissance à Hélios Sunshine des Moulins de Busset, célèbre seal silver tabby à la descendance nombreuse.

En 1992, c'est au tour de Josette Savary, chatterie de Saya San, de se lancer dans l'aventure. Cette fois, nous ne sommes plus en France, mais en Suisse. Ses lignées - y compris ses chats de couleur classique - se sont développées en France et ont gardé leur notoriété dans le cercle des éleveurs français de Sacrés de Birmanie. L'élevage voit naître son premier seal silver tabby en 1996 avec le célèbre Markus de Saya San, cédé à Jean-Luc Odeyer de la chatterie du Sacré Roi, propriétaire de Mélusine des Moulins de Busset, seal smoke point. Les deux lignées furent aussi développées par des collaborateurs comme la chatterie du Blues Daphnée et la chatterie de la Ribaudière.

 

Macadam de Saya San, mâle seal smoke point de 2e génération, frère de Markus

La lignée de Saya San s'est notamment exportée en Allemagne par le biais de l'élevage de Katznefreiheit, et dans une moindre mesure aux États-Unis, où la chatterie Chaussure a un temps produit des smoke. Nous trouvons également des chats issus des Moulins de Busset dans la généalogie des silver de Pommeraye, toujours aux États-Unis, ou encore Davilgay en Argentine.

En 1991, Catherine Larribe (Planchenault), éleveuse sous l'affixe du Val de Cuech, puis Victory's, tente de monter son propre programme à partir d'un Persan blue silver tabby marié à une Birmane seal point, puis d'une Persanne seal tortie silver tabby avec un Birman red point, ainsi qu'un Persan seal smoke point. Ces lignées se sont éteintes, Mme Larribe ayant décidé de stopper net son programme en 1995. Elle renoue avec le gène argent grâce à l'acquisition de Mercure des Moulins de Busset, un red silver. Les chats Val de Cuech/Victory's argent que l'on retrouve aujourd'hui encore dans nos pedigrees sont donc issus des lignées de Mme Basquine.

Aux débuts des années 2000, la chatterie belge des Hortensias de Méan s'essaie pareillement à un programme, mais élève maintenant à partir des lignées de l'élevage allemand Katzenfreiheit  et du Sacré Roi.

Comparé à la série des roux, des tabby et des chocolat, les variétés smoke et silver suivent un développement plus lent, et sont principalement élevées par des éleveurs dont il s'agit de la principale "spécialité", y compris en France. Nous verrons si la reconnaissance de l'argent par la Fédération Internationale Féline depuis le 1er janvier 2017 encouragera plus d'éleveurs étrangers à s'intéresser à ces couleurs. En attendant, il convient de citer quelques autres programmes nous venant de contrées non francophones.

Le plus ancien de ces programmes est probablement celui de la chatterie néo-zélandaise Arodelle à la fin des années 80, qui est à l'origine du silver des lignées Katzago et Fancypawz et autres chatterie australiennes et néo-zélandaises. Des chats français classiques sont de lointains descendants de ces chats, mais je n'ai actuellement pas connaissance de descendant smoke ou silver sur le sol français. En Italie, la chatterie Argento Vivo travaille avec des chats smoke d'ascendance Fancypawz/Katzago/Arodelle. 

Il semble que le programme initié par Mystique Blue à la fin des années 2000 en Allemagne constitue la souche étrangère de smoke et silver tabby la plus développée en France à l'heure actuelle, suite à l'import de Mystique Blue's Praline par la chatterie des Bois de Princay. Il a pour base Yasmine Ismashang, une Persanne seal silver shaded.

Toujours en Allemagne, on trouve une lignée cette fois plus confidentielle au sein de l'élevage Cherubien, lancée à partir de Toro von der Beverkrul, un British Shorthair black silver blotched tabby en 2000.

Le premier programme britannique, datant de 2015, est à l'initiative de l'élevage Kendalian, qui en est actuellement à sa deuxième génération à partir d'un Persan black silver shaded. Espérons que ce programme prometteur pourra suivre son cours !

Malgré cette apparente diversité, il reste pourtant beaucoup à faire pour développer le Sacré de Birmanie smoke et silver.

Paloma C.

Reproduction autorisée sous réserve de citer la source

Pour plus d'informations sur les caractéristiques du Birman argent, merci de consulter l'article "Identifier les couleurs, partie II - Le tabby, le smoke et le silver tabby"

Header base photo by tessa.lv

En mémoire d'Albafeles Xrysos et Elsibelle du Dragon de Jade

 

  • Facebook Social Icon