Historique du tabby

Le tabby (robe agoutie, plus familièrement appelée « tigrée ») est accepté par le standard de la plupart des races. L'allèle dominant A+ en est le support génétique, tandis que l'allèle récessif muté a donne une robe unie, dite « solide » ou encore « self », sans motif tabby.

Puisqu'il s'agit de la robe « originelle » de l'espèce féline, la prévalence de l'allèle A+ est forte au sein de la population générale. Cependant, quelques races sont exclusivement de robe unie, tandis que d'autres, chez lesquelles l'allèle A+ était aux abonnés absents au commencement de leur histoire, l'ont « récupéré » par le biais de programmes d'introduction, dont le Sacré de Birmanie. Jusqu'à ce que des éleveurs britanniques et allemands ne décident de tenter l'aventure au début des années 80, le Birman faisait effectivement partie des races exclusivement self.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux éléments facilitateurs de ces programmes d'introduction comparé au chocolat et au red : d'une part, contrairement au chocolat, le tabby étant dominant, un seul parent tabby suffit à obtenir des chatons tabby, ce qui implique qu'il n'est pas nécessaire de marier des chats issus du programme entre eux pour obtenir de nouveau la couleur recherchée, et d'autre part, alors que le roux est à transmission liée au sexe (gonosomique), le gène A est de  nature autosomique et ne se situe donc pas sur un chromosome sexuel - ce qui laisse un peu plus de marge de manoeuvre dans les plans d'élevage. Le premier point évoqué n'empêchera toutefois pas certains éleveurs de pratiquer des mariages consanguins.

Les programmes d'introduction du tabby n'échappe pas à la "loi" qui était déjà celle du chocolat et du roux. Comme à l'accoutumée, deux programmes se démarquent plus que les autres en termes de pérennité et constituent donc l'essentiel des souches d'introduction, et donc ont une prise conséquente sur le bassin génétique de la race. La chatterie allemande Las Perlas-sin (Anneli Falk et sa fille Bettina Rode) et l'élevage britannique Julipaul (Shirley Stanton) sont les deux noms clés de l'introduction du tabby chez le Sacré de Birmanie, et qui se retrouvent aujourd'hui dans l'écrasante majorité de nos fonds de pedigree. L'influence génétique de ces chats est telle qu'il est encore possible, aujourd'hui, de retrouver leurs "airs" sur le visage de nos Sacrés de Birmanie tabby, en particulier pour les chats moins typés. Il existe également d'autres introducteurs plus ou moins célèbres, comme Annbirwaves aux États-Unis, aujourd'hui principalement connue pour l'introduction du cinnamon.

L'introduction s'est notamment faite par le biais de Persans, Balinais et chats de maison à poils longs. L'amélioration du type et du gantage ont été les principales difficultés.

Si Julipaul est crédité du programme du début des années 80, c'est en réalité chez Mrs Pam Healey, chatterie Sibir, que naît le premier chat de la lignée expérimentale qui portera son affixe, une bue tabby du nom de Zoé, qui sera ensuite confiée à Mrs Stanton qui s'occupera de faire perdurer la lignée. La date de naissance exacte de Zoé reste inconnue, de même que la race de sa mère, dont on pense qu'elle pourrait être soit une chatte de gouttière, soit une Persanne. Son père, Dubrova Beau Burma, était un Birman blue point.

Julipaul Enrico et Julipaul Esmeralda (nés du mariage consanguin de Beau Burma et de sa petite-fille Lin Lin Kim) furent les premiers Birmans tabby exposés au Royaume-Uni, à Londres en novembre 1984. Julipaul Tigerface  compte également parmi les chats Julipaul les plus connus : il a été le premier tabby à atterrir sur le sol belge et a eu une descendance nombreuse en Europe continentale.

Le programme allemand de Las Perlas-sin démarre un peu plus tard avec le mariage de Mount Badger Chinchin Fleur, une Persanne black silver chinchilla et Sarika Ch'en Chih Mai, en son temps un célèbre étalon venu d'Australie. Sur les quatre chatons, deux femelles silver shaded furent gardées, dont Las Perlas-sin Undine, mère du célèbre Las Perlas-sin Cepetto, le premier seal tabby allemand, qui deviendra l'un des chats les plus répandus dans l'ascendance de nos Birmans actuels.

Une Persanne silver chinchilla a été choisie pour ce programme dans un souci, selon Bettina Rode, d'optimiser la qualité de fourrure - la fourrure de certaines autres races comptant des tabby étant trop différente de celle du Birman - d'une part, et d'autre part d'éviter la couleur d'yeux pâle et le manque de contraste des Persans colorpoints.

 

 

 

 

 

 

 

À l'époque, certains éleveurs pensaient que Cepetto pouvait transmettre le silver, ce que ses éleveuses ont catégoriquement réfuté. Ses photos confirment, par ailleurs, qu'il était seal tabby et n'avait donc pas hérité du gène argent de sa mère. La branche issue de Cepetto ne pouvait donc pas redonner de silver. Mrs Falk a précisé ne pas avoir souhaité conserver le gène silver afin de ne pas ajouter une difficulté supplémentaire à son programme, bien qu'Undine ait eu des chatons smoke et silver. Il en va de même pour le programme de Cora Terry's en 1988 à partir d'un mâle Persan silver shaded, Silver Shaky.

En revanche, il s'est avéré qu'une demie-soeur de Cepetto, Las Perlas-sin Blue Flame, déclarée blue tabby point, était blue silver tabby point, et a eu une descendance silver. Cette branche, et surtout la conservation du gène en son sein faute d'identification juste de la robe, n'a toutefois qu'une pérennité modérée, si bien que la part de Birmans de argents tenant leur couleur de la lignée de Blue Flame est très limitée. Le programme n'est généralement pas considéré comme fondateur du silver, même si cela en fait, théoriquement, la souche la plus ancienne.

Voici quelques exemples de programmes à la descendance moins nombreuse. Peu d'informations circulent à leur sujet.

Malgré la pérennité modérée de ce programme débuté en 1987, Annbirwaves est resté un élevage réputé aux États-Unis.

Un programme néerlandais à partir d'un Balinais blue tabby point.

Une petite curiosité : un programme à partir d'un siamois tabby point.... en 1974 !

D'autres programmes incluent Cora Terry's (par un Persan silver shaded), Katchanka's (1988, Pays-Bas, par George von Ramancia, un Persan brown tabby), Vinnsbobäcken en Suède (1988, Goldshadow's Milda Matilda, Persanne seal tortie tabby point). Le programme pour le red de la chatterie Hilken a également produit des souches tabby dès les années 70.

Le tabby est aujourd'hui une couleur courante chez le Sacré de Birmanie.

 

Paloma C.

Reproduction autorisée sous réserve de citer la source

Julipaul Esmeralda, femelle blue tabby point de 3e génération (1984)

Las Perlas-sin Cepetto, mâle seal tabby point de 2e génération (1986)

Avantasia's Kissy, femelle blue taby point appartenant à Monika Plobner

Nocturnal's Alchimia, femelle seal tabby point appartenant à Ingrid Raquillet

Header base photo by tessa.lv

En mémoire d'Albafeles Xrysos et Elsibelle du Dragon de Jade

 

  • Facebook Social Icon